• chapitre 3

    chapitre 3: mission, mensonge et traka

    Il est six heur du matin les rues sent vide et le silence règne malgré sa deux jeunes filles ; petite Camille ainsi que sa sœur Liliana vienne de finir leurs préparations, et s’apprête à sortir de la maison quelque peut délabrer mais qui toute foie accepte avec joie, vus que c’est le seul domicile ou elles peuvent s’installé, le sourire gravé sur le visage dissimulé bien l’inquiétude de la grande sœur , sur le chemin menant à son travail plusieurs questions semblé lui mutilé chapitre 3l’esprits, et les plus évidente étais sous la marque pesante d’un seul et unique mot, la capacité : « Pourrait-elle y arrivé ? Tant de missions ?, protégé les villageois ??  Joué son rôle en tant qu’infirmière ???, gardé sa couverture ????  ne mettre en danger personne ?????, et surtout veillé sur Camille et honoré sa promesse en retrouvent ses parents en vie », tendit que Camille qui ignoré la situation sautillé telle un petit farfadet, Liliana se heurté à un mur de pierres qui représenté son futur, Pourrat-elle le démolir ? Le trajet fus sans prononcé un quelconque mot, lourd et paissent sur les épaules de Liliana.
      Arrivé à l’infirmerie dissipent ou plutôt cachent le nuage noir qui c’étais formé au dessus de sa tête, Liliana arbora son faux sourire habituelle et se rua au travaille, juste à coté Camille s’assied en regardent paisiblement le paysage envoutent des passent qui traversé la rues par la fenêtre, les heurs passé lentement, il est midi et cela comme à son habitude dans cette ville ne présage rien de bon , tous d’un coup en entendit un cri, celui si tous le monde le reconnaissais, sa c’étais une nouvelle foie passé, les soldats étais arrivé, voyant les gens accourir il ne se termina point une seconde avent qu’un cris subvienne et traversa le mur du sent pour rejoindre Mr. Clandré : « laissez moi y allais, je vous on prix, je doit y allé » c’étais elle Liliana, elle se calma un temps soie peut si en puis le dire, et reprenais : « si il y’à des blaisés, je les ramènerais »
    « je te laisse faire mais soie prudente et ne t’approche pas trop des gardes, je vais préparé le matérielle pour les soins de premier secoure, j’espère qu’il n’y aura pas trop de dégât» 
    « OK » elle s’approcha doucement de Camille et lui sourit gentiment en dissent : «je reviens bientôt, soie gentille avec  Mr Clandré, ne fais pas de bêtise et reste gentille »
    « d’acore » rependit l’enfant sur un temps rassemblent tristesse et inquiétude
    Liliana sortit par la porte de devant et sans être aperçu elle se dirigea vers le jardin de derrière plus précisément une petite cabane ou étais stocké plusieurs vieux médicament et draps, elle sortit un sac qui étais caché sous un placards entouré de tissu, et grâce à ses vêtement qu’elle revêtit, elle devenus l’ange blanc, pantalon noire, veste de la même couleur, chemisier blanc, elle  pris ses cheveux grâce à des épingle, mi sa perruque au cheveux jaune et son chapeau noir corbeau, Cinque minutes plus tard, lorsqu’elle fus prête elle enfila une cape et se mis à courir en direction de l’émeute, « les vois si ses énergumènes » pensait elle, très vite elle se rendit compte de la gravité de la situation, l’homme étais à terre, une marre de sang l’entouré, sa femme qui pleuré étais retenus par deux hommes pour ne pas le rejoindre, des jumeaux étais à ses cotés, à peine un an, il étais dans les bras d’une vielle femme qui leur bouché la vus, sans doutes ses fils , cette homme avais une épée prête à lui transpercé le cœur, comment faire, elle ne réfléchis pas trop, et sans même s’en rendre compte elle se retrouva sur le toit, pris un peaux de fleur et le lança sur la tête de celui qui semblé vouloir condamné le villageois à mort, se dernier tombât à terre évanoui, à cette instant précis tous les regard, méprisent et admirative se tournèrent en direction du ciel d’où sauta le jeune homme en pointent son arme, les 4 gardes restent dégénèrent leurs épées, « te voilà donc, malappris » dit l’homme qui avais quelque bleu sur le visage, Liliana semblé reconnaitre sa voie, elle plongea alors ses yeux brun Person sur s’eux du jeune homme et d’un sourire malicieux dit : « alors comme sa votre défaite d’hier ne vous à point suffi, pensez vous réellement réussir à m’avoir aujourd’hui encor que la nuit dernière je n’avais point d’arme, vous souvenez vous ou devrai-je vous rafraichir la mémoire, un solide gaillard comme vous ne peut pas avoir oublié une défaite aussi rapidement » son interlocuteur rougie violement en ne serais dire si se n’étais de hante ou bien de colère, et tous les villageois qui avais entendus le justicier explosèrent littéralement de rire, d’un léger regard, elle regarda les nombreuses fractures de l’homme à terre, et doucement pour évité que les gardes ne l’entende elle dit avent de commençais le combat : « emmenez le chez le docteur Clandré, il à besoin de soin, dépêchez vous je retiens les gardes »
    La femme sourie alors qu’un fuie de larme coulée le long de ses joue « merci, merci, merci » répétait elle cette image réchauffa le cœur de L’héroïne, elle se tourna vers les gardes les défient du regard, plusieurs minute s’écroulèrent ainsi avent que les quatre ne s’élance vers elle, évite chaque coup durent plusieurs instant, elle fini néant moins par baissé un peut sa garde, et se blessent légèrement au genou elle tombât à terre, celui qui avais fais son coup sourie mais c’étais trop tôt car Liliana n’avais pas abandonné, un simple croche pied et il fus de même pour lui, le justicier tournoya sur lui-même, une pirouette et le revoilà debout pointent le boue de sa lame sur ses ennemis, le blessais avais étais emmené, d’un sourire sur d’elle, elle s’avança les yeux emplis de froideur, les questions qui l’envahissez il y’à peut avais disparus à la place, rien, du vide, son esprit étais blanc, comme neige, et cela provoqué des frisson, la plus part des personne penserais à la possibilité de leurs morts, elle, non, elle ne songé pas à cela, peut être par se que pour certain la mort est symbole de délivrance, qui sais ?.
    Deux coup de pied sur la hanche et voilà deux des gardes au tapi « plus que deux » pensait-elle, « je doit me dépêcher de retourné à  la  clinique, sa fais male, il ne ma pas raté, bon plus le choix, heureusement que le sang c’est arrêter de coulé » elle se mis à courir en direction d’une impasse, les soldat la suivez, tournent au plus vite pour se caché elle grimpa ainsi le haut d’un toit, et plongea  les pieds les premiers sur la tête de ses poursuivent, se qui eu comme résultat deux autres gardes K.O, enfilent sa cape, elle se remis en route, entre les ruelle, emprunté tous les raccourcis, sa gambe recommençais un peut à saigné, sa lui fessais terriblement male, mais elle n’en avais rien à faire puisque pour elle se n’étais pas grave et il y’avais peut de risque d’infection.
    Après près de cinq minutes, Liliana fus de retour à la clinique, comme à son allé elle repassa par la cabane et se changea pour ensuite pénétré à toute vitesse en direction de la sale des soins, qu’allais telle encor lui dire, elle détester mentir mais n’avais pas vraiment d’autre choix, bon pour l’instant se n’étais pas le plus urgent, les blessures  n’étais pas vraiment grave mais il chapitre 3devrait lui resté quelques cicatrices.

    Après une bonne heure, les blessures furent soigné, Lilina et Mr Clandré sortir de la pièce et laissèrent leur passion avec sa femme

    « Alors tu va m’expliquer, tu m’avais dit que tu aller le cherché et la je voix sa femme le transporté jusqu’ici et tu arrive vingt minute plus tard… ne me dit pas que la encor attendus »

    « si » dit elle d’une petite voix tout en baissent la tête : « excusé moi, mais il pourrait se blessé ou encor pire, on moins je pourrais lui donné les soins de premier secoure »

    « D’acore, bon tous ses bien passé c’est le plus importent mais enfaite tu sais je connais une jeune fille qui est tombé amoureuse d’un certain justicier, toi aussi tu la connais »

    « Arrêter avec sa, sa n’arrivera jamais…. Je ne suis pas amoureuse » répliqua Liliana en rient intérieurement après tous elle n’à pas le temps pour sa et comment pourrait elle tomber amoureuse d’elle-même de sa deuxième personnalité, en faite à chaque foie elle lui fessait croire qu’elle attend de voir si le justicier s’en sortirais et à force il c’étais habitué à sa et il lui disait toujours qu’elle en était tombais amoureuse, enfin se n’ai pas importent, après tous presque toutes les villageoises craque pour se héro inconnus.

    « tu peut partir pour aujourd’hui, je me charge de fermé la clinique, demain tu à un jour de congé, alors repose toi bien, et reviens en plaine forme, à plut tard, et en revoir  Camille» dit Mr. Clandré

    « au revoir » répondit l’enfant

    « D’acore et merci en se revoie après demain » elle s’approcha de Camille : « tu  veux qu’en aille se promené un peut »

    « ouiiiiii » elle couru vair le médecin et dit : « grande sœur va m’emmenais faire un tour »

    « Amuse toi bien et… » il se pencha vair son oreille et continua « prend bien soin de ta grande sœur, d’acore »

    Camille qui s’éloigna un peut sourie et dit : « promis, juré, je serais son garde du corps »

     « Qu’es que vous chuchoté comme sa tous les deux » dit Liliana en se tournent vair eux

    « Rien » dirent ils à l’unissent

    « C’est suspect, mais je vous laisse pour cette foie, aller viens Camille »

    Elle se prirent la main et partir ensemble en ville, Liliana en profita plus pour s’assuré qu’il n’y avais plus de danger, et puis pendant qu’elle étais en train de marché  Camille  qui regardé sa sœur depuis quelque que temps hurla : « grande sœur, grande sœur, tu saigne »

    Liliana qui fus au début surprise, regarda sa gambe, en effet elle ne l’avait pas soigné pour ne pas les inquiétais, elle sourie doucement et dit à l’enfant : « se n’es rien, je suis tombé tout à l’heur, c’est tous »

    « Non, tu viens à la maison, il faux te soigné »

    « Mais…. » Elle fut coupé de suite par la petite

    « Pas de mais, allez à la maison »

    « D’acore, allez, on y va » dit elle avec un sourit

    Elles rentrèrent et soignèrent la blessure, il se fessait tard alors après avoir mangé les restes de la veille elles partirent se couché,

    « Liliana, Sava mieux ta gambe »

    « Oui, Sava, ne t’on fait pas »

    « D’acore, mais promet moi, tu ne va pas partir, n’es pas »

    « Oui, je reste avec toi mon ange »

    « Alors tu dois me dire, ne me cache plus qu’en tu ne va pas bien d’acore, tu dois prendre soin de toi »

    Liliana eu un petit sourire cette petite fille parlé comme une mère,

    « d’acore, mais maintenant on doit dormir, comme sa en sera  en plaine forme demain »

      

    Voilà je sais vous me haïssais et vos en avais le droit car je n’ai rien n’écrit dans se site depuis un mois mais je vais essayais de me rattrapé, c’est dernier temps je doit dire que j’avais beaucoup de révision et que j’avais la flemme d’écrire mais je m’y remet alors à plus, normalement si tous se passe bien dans deux jour la suite, je vous préviendrais (vois les couteaux arrivé) ben je fille

    chapitre 3


  • Commentaires

    6
    Vendredi 24 Janvier 2014 à 19:28
    5
    Vendredi 24 Janvier 2014 à 18:38

    dac je passe voir et j'ai presque fini le one shot pour le concour de bidge, je le pose dans 5 minute je te préviendrais

    4
    Vendredi 24 Janvier 2014 à 18:32

    J'ai hate! Ah oui et je t'ai pas prévenue pour les trois page que j'ai postée car j'étais en travaux!

    3
    Vendredi 24 Janvier 2014 à 18:22

    merci à toute les deux demain je mets la suite, elle est presque prete et vous allez être surprise ^^

    2
    Jeudi 23 Janvier 2014 à 20:49

    ^^ Moi aussi comme d'hab! Super géniale! Et en t'en veux pas, les cours c'est important!

    1
    Jeudi 23 Janvier 2014 à 13:57

    Trop mignon la fin j'adore 

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :